De retour à Tahiti. La saison humide a été difficile cette année sur toute l'île de Tahiti. Les bateaux ont souffert pendant ces 6 mois d"hivernage".  Les équipages qui sont sont restés au mouillage ou à sec sur un chantier ont souffert aussi tels que mes voisins Jean-Pierre et Éliane sur Colibri. Encore actuellement pendant cette saison de transition, il y a des grains et orages toutes les nuits sur la presqu’île au sud-est de Tahiti.

La semaine dernière, c'était le premier tour des élections en Polynésie. La campagne est très premier degré. Une bonne partie de la propagande est faite à la radio avec un contenu différent suivant qu'il est diffusé en français ou en polynésien, en voiture avec des banderoles aux couleurs de chaque parti et le reste par les prédicateurs dans les églises. Il est probable que Gaston, l'ancien baron local autonomiste, revienne au pouvoir même s'il a été condamné pour corruption; il était plus efficace sur le plan économique grâce à ses relations avec Paris bien qu'il ait détourné une partie des subventions à son profit. Oscar, le président indépendantiste au pouvoir ces dernières années, s'est occupé uniquement de décoloniser le pays en laissant de coté l'économie et il paye cette stratégie qui n'est pas approuvée par la majorité de la population. J'avais entendu parlé du cliché comme quoi les routes étaient refaites avant les élections. Effectivement, nous avons maintenant un revêtement de route neuf entre le port et le centre ville, un peu tard cependant pour les cardans de ma voiture de chantier (voir plus loin). Le garagiste local n'est pas content; il avait fait sa fortune en changeant les jantes tordues et les pneus crevés.

Après nettoyage des moisissures et une couche d'antifouling dessous le bateau, j'ai amené le Feeling 920DL sur une bouée de la marina Taina à Papeete afin de faciliter les visites pour vendre ce voilier.

Les travaux de refit avancent sur le First 35 avec lequel je vais continuer le tour du monde. J'ai refait une partie du câblage et du tableau électrique, posé un guindeau électrique et fabriqué une vraie baille à mouillage sous le guindeau. Le nouveau moteur est arrivé par cargo comme prévu après 60 jours de mer et 2 transbordements à Singapour et en Nouvelle Zélande. Le transport maritime est un système bien rodé. Il a quand même fallu une journée complète pour les formalités d'importation; le plus difficile a été la "mise à la consommation" de l'ancien moteur. Pour éviter des taxes, je vais en faire don au lycée professionnel local. L'ancien moteur est déposé depuis hier samedi donc dans 2 ou 3 jours, le nouveau devrait être en place si je me suis pas trompé dans les mesures. En fin de semaine prochaine, je dois poncer la coque et poser des instruments de navigation neufs avant la mise à l'eau. J'ai racheté une vielle Twingo d'un autre équipage, c'est plus facile pour les formalités et pour aller chercher les pièces à Taravao ou Papeete ... sauf qu'un cardan a cassé rapidement et on a fait deux jours de mécanique auto avec Jean Pierre. Toute la semaine, on travaille dur et on s'autorise un pique-nique le dimanche. L'essentiel est de ne pas faire durer trop le chantier. Vivement la navigation.