Beaucoup de mouillages sauvages dans les deux parties de l'archipel des Aves (Sotavento puis Barlavento). Pêche, plongée, ramassage de noix de cocos, échange rhum contre langoustes avec les pécheurs, cuisine, lecture, paresse... Trés peu de voiliers dans l'archipel donc chaque bateau a son île, ses cocotiers, sa plage, son récif de corail. Les différentes couleurs de l'eau dans chaque lagon sont magnifiques. La nouvelle annexe est okay. A Barlavento, beaucoup d'oiseaux qui ronflent comme des mobylettes.

Mouillage dans Spanish Waters, une grande baie très protégée, avec des zones de mouillage et des marinas. La baie est bordée de villas avec des pontons où sont amarrés les bateaux des propriétaires, c'est un peu le Miami des retraités hollandais. J'y retrouve l'équipage d'Arasec, un grand dériveur de 40 pieds en alu avec lequel j'ai partagé plusieurs escales depuis Los Roques. Après un changement d'équipiers, Robert, le skipper continue sur la Colombie. Egalement au mouillage, Lynne, Olivier et leur bébé Zia sur un grand bateau en alu qui préparent leur traversée du Pacifique via Panama.

Curaçao est pour moi une escale technique afin d'acheter une nouvelle annexe. Dans le bus qui va au shipchandler, un navigateur canadien me tuyaute sur un bateau belge qui vendrait une annexe d'occasion. Après une âpre discussion avec la flamande qui est le vrai patron à bord de ce bateau belge d'une cinquantaine de pieds (le mari s'occupe de l'usine en Belgique au téléphone), je me retrouve avec une annexe d'un an en très bon état amarrée derrière Ty-yann. Beaucoup moins cher qu'une annexe neuve chez le shipchandler mais je me souviendrais que les flamandes sont dures en affaires.